Bélier

Le Bélier est une constellation du zodiaque est traversée par le Soleil du 19 avril au 13 mai. Dans l'ordre du zodiaque, la constellation se situe entre les Poissons à l'ouest et le Taureau à l'est.



Catégories :

Constellation - Constellation du Bélier - Zodiaque - Astrologie - Art divinatoire

Recherche sur Google Images :


Source image : www.astrologie-tarots-suisse.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La «queue» du Bélier est constituée par trois petites étoiles en formation serrée... Mesarthim (γ Arietis) n'est pas la troisième étoile de la constellation, ... (source : sebiwandanslesetoiles)
  • Le Bélier est une des constellations du zodiaque traversé par le Soleil du 18 avril... Son étoile principale était 41 Arietis (ce qui explique l'absence de ... (source : toutannonces)
  • Le Bélier est une des constellations du zodiaque traversé par le Soleil du 18 avril... Son étoile principale était 41 Arietis (ce qui explique l'absence de ... (source : 9moisavectoi)
Bélier

Désignation
Nom latin Aries
Génitif Arietis
Abréviation Ari
Observation
(Époque J2000.0)
Ascension droite Entre 25, 0° et 50, 5°
Déclinaison Entre 9, 9° et 30, 7°
Taille observable 441 deg² (39e)
Visibilité Entre 90° N et 60° S
Méridien 10 décembre, 21h00
Étoiles
Brillantes  (m≤3, 0) 2 (α, β)
À l'œil nu 89
Bayer / Flamsteed 65
Proches  (d≤16 al) 2
La plus brillante α Ari (2, 0)
La plus proche Étoile de Teegarden (12, 6 al)
Objets
Objets de Messier 0
Essaims météoritiques
Constellations limitrophes Baleine
Persée
Poissons
Taureau
Triangle

Le Bélier est une constellation du zodiaque est traversée par le Soleil du 19 avril au 13 mai. Dans l'ordre du zodiaque, la constellation se situe entre les Poissons à l'ouest et le Taureau à l'est .

Le Bélier est aussi un signe du zodiaque correspondant au secteur de 30° de l'écliptique traversé par le Soleil du 21 mars au 19 avril. C'est dans ce sens qu'il sert au repérage des déplacement planétaires, toujours utilisé en astrologie.

Histoire

Dans la mythologie grecque, cette constellation représenterait le bélier dont la Toison d'or a inspiré la saga de Jason.

Il semblerait que les Babyloniens, les Grecs, les Perses, et les Égyptiens aient tous appelé cette constellation «Bélier».

Cette constellation était aussi la première constellation du Zodiaque quand il fut établi il y a plus de 2 000 ans : du fait de la précession des équinoxes, l'équinoxe de printemps était alors localisé dans le Bélier (il est désormais dans les Poissons).

Le nord de cette constellation était appelé Mouche boréale jusqu'au XIXe siècle. Son étoile principale était 41 Arietis (ce qui explique l'absence de lettre grecque pour désigner cette étoile).

Observation des étoiles

Localisation de la constellation

La constellation ne se situe pas sur des alignements particulièrement remarquable. Elle se repère à partir de son entourage : au sud de Persée et d'Andromède, ainsi qu'à l'ouest du taureau.

Elle se repère par ses deux étoiles principales, α et β du Bélier, qui ne pointent sur rien de particulièrement évident (si ce n'est Capella à assez longue distance).

α Ari se situe à 20° plein Ouest du groupe des Pléiades, en particulier remarquable.

Image:Aries.gif

Forme de la constellation

La constellation ne ressemble pas à grand chose, et il faut de bonnes conditions de luminosité pour en identifier les différentes parties.

La «queue» du Bélier est constituée par trois petites étoiles en formation serrée, localisées entre le Triangle et les Pléiades, dont la plus brillante est c Ari. C'est ce petit triangle qui formait jadis la mouche boréale.

L'autre constituant notable est un triangle plus aplati sous l'alignement Pléiades - β Ari. Ce triangle est constitué par ε (Ouest ), ζ (est ) et δ (ESE) Ari.

Étoiles principales

Icône de détail Article détaillé : Liste d'étoiles du Bélier.

Les étoiles du Bélier sont surtout faibles, sauf Hamal (α Arietis) et Sharatan (β Arietis). Parmi les autres étoiles du Bélier, on trouve entre autres Mesarthim (γ) et Botein (δ).

Hamal (α Arietis)

Hamal (α Arietis), dont le nom veut dire l'Agneau en arabe et qui sert à désigner par conséquent à elle seule la constellation tout entière, est l'étoile la plus brillante du Bélier. C'est une géante orange, 15 fois plus grande que le Soleil et 90 fois plus brillante.

Sheratan (β Arietis)

Sheratan (β Arietis) est la seconde étoile la plus brillante de la constellation du Bélier. C'est une étoile blanche de la séquence principale, uniquement deux fois plus massive que le Soleil. C'est aussi une étoile double : son compagnon, une étoile de même masse que le Soleil, a été détecté par analyse Doppler il y a plus d'un siècle. Leur orbite est extrêmement excentrique (0, 88), les deux étoiles sont énormément proches l'une de l'autre, 0, 08 ua au plus proche, 1, 2 ua au plus loin, et tournent l'une autour de l'autre en 107 jours. Les deux étoiles sont par conséquent virtuellement inséparables au télescope et la paire nécessite un interféromètre pour être scindée.

Mesarthim (γ Arietis)

Mesarthim (γ Arietis) n'est pas la troisième étoile de la constellation, mais la quatrième. Son rang dans la désignation de Bayer vient de sa proximité avec Hamal et Sheratan.

Mesarthim est une étoile double. La primaire, γ² Arietis, est de magnitude 4, 75. Son compagnon, γ1 Ari (son «1» venant de sa localisation, à l'ouest de «2»), est de magnitude 4, 83. Les deux étoiles combinées donnent à Mesarthim une magnitude de 3, 88. Elles sont éloignées d'au moins 500 ua et tournent l'une autour de l'autre en 5 000 ans.

Le type spectral de γ² Arietis est «A1p», pour «spécifique» : cette étoile possède un champ magnétique extrêmement intense, plus de 1 000 fois plus grand que celui de la Terre.

53 Arietis

53 Arietis, une étoile bleue-blanche en apparence banale, de magnitude apparente 6, 13, distante d'environ 750 années-lumière, est l'une des trois «étoiles évadées» («runaway stars» en anglais), se déplaçant extrêmement rapidement dans l'espace. Les deux autres étoiles sont µ Columbæ et Æ Aurigæ et toutes trois semblent s'échapper à à peu près 100 km/s du même point dans la nébuleuse d'Orion et plus exactement de ι Orionis. Selon une théorie, ces étoiles auraient été à l'origine partie prenante d'un dispositif multiple qui se serait désagrégé lors de l'explosion en supernova de l'un des membres il y a 3 millions d'années, projetant les trois autres étoiles dans des directions différentes.

Autres étoiles

Sans être une constellation excessivement étendue, le Bélier possède un assez grand nombre d'étoiles visibles à l'œil nu sans être spécifiquement brillantes. En conséquence, les désignations utilisées sont assez nombreuses : nom propre (comme Botein, δ Arietis, 4e étoile de la constellation), désignation de Bayer (ε Arietis, 6e), désignation de Flamsteed (41 Arietis, 3e étoile, plus brillante que Mesarthim), catalogue Henry Draper (HD 20644, 5e étoile).

Objets célestes

Peu d'objets dans cette constellation, et ils sont tous assez peu lumineux. On y trouve les galaxies NGC 697 (au nord-ouest de β), NGC 772 (au sud-est de β), NGC 972 (dans le nord de la constellation) et NGC 1156 (au nord-ouest de δ).

Voir aussi


Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9lier_(constellation).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu